Viktor Orban rencontre Vladimir Poutine et provoque un tollé à l’UE: « Des actions doivent être entreprises »

Trois jours après son premier déplacement à Kiev depuis depuis le début de l’offensive russe, le dirigeant nationaliste hongrois s’est rendu à Moscou « dans le cadre de sa mission de paix », selon le gouvernement hongrois.

Dmitri Peskov, porte-parole de Vladimir Poutine, a assuré à un journaliste d’une télévision d’Etat, que les deux dirigeants allaient s’entretenir de la guerre en Ukraine « entre autres choses ».

Budapest, qui assure depuis le 1er juillet la présidence semestrielle du conseil de l’Union européenne, n’a reçu « aucun mandat » de l’UE, a affirmé vendredi son chef de la diplomatie Josep Borrell. Ce déplacement « a lieu, exclusivement, dans le cadre des relations bilatérales entre la Hongrie et la Russie », a-t-il ajouté.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a de son côté jugé sur X que la tentation d' »apaisement n’arrêtera pas Poutine ». « Seules l’unité et la détermination ouvriront la voie à une paix juste, durable et globale en Ukraine », a-t-elle souligné. Charles Michel, le président du Conseil européen, qui rassemble les dirigeants des Vingt-Sept, avait réagi dès jeudi soir à l’annonce non officelle de ce déplacement.

« La présidence tournante de l’UE n’a pas de mandat pour engager le dialogue avec la Russie au nom de l’UE », a écrit M. Michel jeudi sur X. « La position du Conseil européen est claire: la Russie est l’agresseur, l’Ukraine est la victime. Aucune discussion ne peut avoir lieu sans l’Ukraine ».

M. Borrell a également souligné vendredi que la position de l’UE, réaffirmée à plusieurs reprises par le Conseil européen, excluait « des contacts officiels entre l’UE et le président Poutine ». M. Orban « ne représente donc pas l’UE, en aucune manière », a-t-il insisté. La solidarité de l’UE envers l’Ukraine ne faiblira pas, a assuré de son côté le chancelier allemand Olaf Scholz.

« Médiateur impartial »

« Si nous restons assis à Bruxelles, nous ne pourrons pas nous rapprocher de la paix. Des actions doivent être entreprises », a argué M. Orban vendredi matin lors d’une interview radiophonique, interrogé sur sa visite à Kiev mardi.

« La Hongrie n’a pas le mandat ni le poids politique international (…) mais nous pouvons être un instrument au service de Dieu et de ceux qui veulent la paix », a-t-il estimé, tout en reconnaissant que « le chemin sera long tant les positions des deux camps sont éloignées ». La Hongrie assure jusqu’à fin décembre la présidence semestrielle du conseil de l’Union européenne, qui rassemble les ministres des Vingt-Sept.

Cette présidence tournante permet au pays qui la détient de contrôler l’agenda des réunions des 27, à l’exception de celles des ministres des Affaires étrangères, un pouvoir non négligeable mais pas absolu, selon plusieurs diplomates européens. La Hongrie avait promis d’assurer une présidence « normale » en présentant à la presse ses priorités pour les six mois à venir.

« Tout le monde est ravi que ce soit à notre tour de rendre sa grandeur à l’Europe » (Make Europe Great Again), avait assuré à cette date M. Orban, reprenant le décrié slogan trumpien choisi par Budapest.

« Nous agirons en tant que médiateur impartial », a affirmé de son côté le ministre des Affaires européennes Janos Boka. Mais, a-t-il aussitôt ajouté, la Hongrie profitera de la lumière pour mettre en avant sa « vision de l’Europe » et « redresser la barre (…) dans la bonne direction ».

« Les Hongrois vont s’attacher à être super professionnels », a jugé sur ce point un diplomate européen habitué des négociations entre les 27. Mais cela n’empêchera probablement pas Viktor Orban, qui aime être au centre de l’attention, d’essayer d' »imprimer sa marque » pendant ces six mois, avait-il ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Instagram
Telegram
WhatsApp